Quand la politique côtoie le monde de la voyance

La politique est en ce moment au cœur de nos préoccupations. Elle suscite, bien évidemment, de nombreuses discussions au cours desquelles il est bien rare que l’un des interlocuteurs réussisse à convaincre les autres. Mais tous sont unanimes sur un point : quelles que soient leurs convictions officielles et leurs motivations plus personnelles, les personnalités élues et celles qui briguent un mandat sont des êtres rationnels, qui analysent longuement les tenants et les aboutissants de leurs prises de position.

La politique face à la voyance

Etude du contexte, évaluation des conséquences… Ce ne sont certainement pas nos « politiques » qui se fieraient à la voyance.

Quelle erreur ! La voyance a toujours fait partie de la vie politique parce qu’elle est un élément fondamental des décisions importantes. Et s’il est un domaine dans lequel les décisions revêtent une importance particulière, c’est bien celui-là. Il ne s’agit plus de décider pour une personne ou même pour une entreprise avec tous ses salariés, il s’agit de l’avenir de pays comptant des millions d’habitants, voire de l’équilibre des relations internationales.

Les astrologues faisaient autrefois partie des conseillers les plus écoutés des souverains, même à l’époque où l’Eglise était censée les combattre en tant que « sorciers ». Mais ils se sont faits de plus en plus discrets au point que personne, de nos jours, ne soupçonne que la voyance puisse être toujours présente. Pourtant, feu le président François Mitterrand consultait régulièrement la voyante Elisabeth Teissier. Léonid Brejnev d’un côté du monde, Ronald Reagan et Richard Nixon de l’autre, avaient eux aussi leurs « oracles », tout comme le roi Hassan II du Maroc.

Que faut-il donc en penser ? Pourquoi ceux qui se trouvent à la tête des nations éprouvent-ils le besoin de consulter des voyants ?

Tout d’abord pour se rassurer.

Il n’a jamais été question de laisser le voyant prendre une décision à leur place. En revanche, quand l’idée s’est déjà formée mais que le doute continue à rôder, il est précieux de s’entendre confirmer ce que l’on a mûrement réfléchi.

Ensuite pour déterminer le bon moment.

C’est là que l’astrologie trouve son utilité. Il est bien sûr des choix qui ne souffrent aucun retard. Mais certaines réformes, certaines nouvelles orientations doivent être annoncées aux moments opportuns. Et qui saurait dire avec certitude quel est le moment le plus opportun ?

Voilà pourquoi, en toute discrétion, les hommes (et les femmes) de pouvoir des pays les plus évolués continuent à consulter des voyants.

Mais alors, pourquoi ne pas le dire ?

Les raisons de nos dirigeants sont évidentes. Qui irait voter pour quelqu’un qui donnerait l’impression de se fier à l’irrationnel ?

Celles des voyants consultés sont plus subtiles. Ils pourraient sans aucun doute se créer une publicité énorme mais ils n’y ont pas intérêt. Et ce n’est pas seulement une question de secret professionnel. En fait, les voyants redoutent la publicité !

Il existe en effet, dans les pays occidentaux, un tel rejet de ce qui n’est pas explicable que quiconque se targue de savoir en dehors de toute logique se retrouve au ban de la société.

La voyance et les sciences occultes ne sont tolérées que quand elles restent discrètes. Dès qu’elles osent paraître sur le devant de la scène, les médias se déchaînent. Surtout en France, le pays de Descartes, où il est de bon ton de ne croire en rien.

Cela dit, ce n’est pas grave. Le but de la voyance, de toute façon, n’est pas de créer des stars. Il est d’aider tous ceux qui cherchent à progresser, la seule et monumentale difficulté étant, comme toujours en politique, de déterminer quelle est la bonne voie sur laquelle avancer.

Fiche N°17 - Texte réalisé par Christine Verdier - Mise en ligne le 12/05/2012

Que recherchez-vous ?

Posez vos questions aujourd'hui !

Voyance par sms - Ca marche !

Contact voyance c'est aussi:

La voyance selon Contact voyance !

Une voyance de qualit pour vous !

Ils soutiennent Contact voyance: Horoscope du jour