Les personnes disparues et la voyance

Quand quelqu’un vient à disparaître en ne laissant ni explication, ni indices permettant de comprendre ce qui lui est arrivé, les ressources de l’enquête sont extrêmement limitées. Encore faut-il d’ailleurs qu’il y ait une enquête. Disparaître de son environnement habituel n’est pas un délit et, à moins qu’il ne s’agisse d’un enfant ou d’une personne vulnérable comme un vieillard ou un malade, ou encore d’une disparition lors d’une randonnée, la police et la gendarmerie ne sont pas censées mener des investigations à propos de ce qui peut n’être qu’une décision de changer de vie.

Pourtant la famille ou les amis s’inquiètent. Eux savent que le disparu n’avait aucune raison de s’évanouir ainsi dans la nature. Ils commencent à mener des recherches et finissent par obtenir l’aide des autorités.

Mais où et comment chercher ? Faire une battue, interroger d’éventuels témoins ? C’est un travail de fourmi qui peut se révéler décevant. Il arrive alors, parfois, que l’un des protagonistes de l’affaire propose de recourir à la voyance. Il arrive même que ce soit l’un des policiers qui ait cette idée, pour peu qu’il ait déjà vu des cas de disparition élucidés de cette manière assez peu conventionnelle.

Car la voyance a souvent permis de retrouver des disparus, mais ses exploits restent la plupart du temps confidentiels afin d’éviter la vague de protestation, parfois agressive, que l’inexplicable suscite dans notre société.

La recherche par l’intermédiaire d’un voyant ou d’un médium débute donc presque toujours par une demande de la part de la famille et il est très rare que le voyant se propose spontanément. Cela pourrait lui attirer de vives critiques. Les uns lui reprocheraient, par exemple, de vouloir se faire de la publicité, d’autres de brouiller les pistes. II pourrait même, pour peu qu’il réussisse à donner des renseignements précis, être accusé de complicité ! Le cas s’est déjà produit.

Il est donc indispensable qu’il bénéficie de l’appui et de la confiance des proches du disparu. Il en aura d’ailleurs besoin pour en obtenir une photo et/ou un objet lui ayant appartenu. Une carte de la région peut aussi se révéler utile.

Ensuite, eh bien, il n’y pas de procédure type. Il n’en existe jamais dans le monde occulte. Parfois le voyant a des visions et réussit à décrire avec plus ou moins de détails non seulement l’endroit où se trouve la personne recherchée mais aussi la manière dont elle y est arrivée. Parfois il s’aide de la carte et d’un pendule ou d’une baguette de sourcier. Parfois cette technique de radiesthésie complète les flashs. Il arrive aussi, dans certains cas extrêmes, que le voyant entre tellement en empathie avec le disparu qu’il en arrive à ressentir ses douleurs et son angoisse.

Quoi qu’il en soit, tout ce qu’il vit et voit doit être immédiatement consigné et vérifié. Et les résultats sont souvent étonnants.

Alors pourquoi ne pas les officialiser ? Parce que nos concitoyens ne sont pas prêts à admettre ce que notre logique ne peut expliquer. Le phénomène de rejet est même assez extraordinaire. Depuis Jacques Aymar, sourcier de son état au XVIIème siècle, qui connut un début de célébrité pour avoir guidé avec succès une enquête avant d’être brutalement traité d’imposteur, nombreux ont été les voyants qui sont devenus la cible des médias après avoir été trop « performants ». C’est stupide mais c’est ainsi.

Faut-il donc renoncer à la voyance pour retrouver un parent ou un ami disparu ?

Certainement pas. En revanche, mieux vaut savoir que pour le voyant aucune reconnaissance publique n’est à espérer. Mais ce n’est sans doute pas le plus important car rien n’est plus important pour la voyance que d’avoir pu nous aider.

Fiche N°20 - Texte réalisé par Christine Verdier - Mise en ligne le 10/08/2012

Que recherchez-vous ?

Posez vos questions aujourd'hui !

Voyance par sms - Ca marche !

Contact voyance c'est aussi:

La voyance selon Contact voyance !

Une voyance de qualit pour vous !

Ils soutiennent Contact voyance: Horoscope du jour