La prophétie de Jean de Jérusalem

Qui est Jean de Jérusalem ?

Jean de Jérusalem, né en 1042, serait l’un des fondateurs de l’Ordre des Templiers. Il aurait trouvé, après la première croisade à Jérusalem, un grand secret sur la montagne du Temple, dont il aurait tiré quarante prédictions.

Copiés en quatre exemplaires (ou sept, cela dépend des versions), ces manuscrits auraient ensuite été dispersés à travers le monde. Ce n’est que neuf cents ans plus tard, en 1992, qu’un certain professeur Galvieski découvre un de ces exemplaires dans les archives du KGB.

Les prophéties de Jean de Jérusalem ont été éditées en 1994, sous le titre « Le livre des prophéties, le troisième millénaire révélé » chez Jean-Claude Lattès. Vous les trouverez aussi très facilement sur internet. Elles n’annoncent pas à proprement parler la fin du monde en 2012, mais plutôt la fin d’un monde, puis l’émergence d’un nouveau monde. Ce qui, à mon sens, semble bien plus plausible. Après avoir étudié de près les prophéties de Jean de Jérusalem ainsi que celles de Nostradamus, j’ai noté plusieurs similitudes. Rappelez-vous, dans le sujet N°2, les dessins apocalyptiques de Nostradamus et plus particulièrement, dans « le livre de la vie », les pages qui sont blanches. Avec elles, Nostradamus nous laissait entrevoir la possibilité de continuer à écrire sur le livre, mais il nous mettait aussi en garde sur le fait que nous devons changer radicalement notre façon de vivre si nous voulons retrouver la paix sur Terre. C’est également le message de Jean de Jérusalem.

Comment se compose son manuscrit ?

Il se divise en trois parties.

La première est une espèce d’avant-propos qui décrit l’avenir entre l’an 1100 et l’an 2000 et qui commence ainsi : « Mille ans auront passé… »

La deuxième est composée de trente strophes qui commencent ainsi : « Lorsque commencera l’An Mille qui vient après l’An Mille… ». Dans ces strophes l’auteur évoque le chaos vers lequel nous allons, et ses écrits sont sur le fond très proches de ceux de Nostradamus. Ils ne le sont pas sur la forme puisque le style littéraire est tout à fait différent (je reviendrai sur ce point).

La troisième partie est composée de dix autres strophes qui commencent ainsi : « Lorsque ce sera le plein de l’An Mille qui vient après l’An Mille… ». Jean de Jérusalem parle alors du Nouveau Monde comme s’il décrivait ce que nous pourrions écrire sur « le livre de la vie » du dessin de Michel de Nostredame.

Mais voici quelques extraits que j’ai essayé en toute humilité de comprendre.

Strophe 10
Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille
Chacun saura ce qui est en tous les lieux de la terre
On verra l'enfant dont les os percent la peau
Et celui dont les yeux sont couverts de mouches
Et celui qu'on pourchasse comme un rat
Mais l'homme qui verra détournera la tête
Car il ne se souciera que de lui
Celui-là donnera une poignée de grains comme aumône
Alors qu'il dort sur des sacs pleins
Et ce qu'il donnera d'une main il le reprendra de l'autre

Cela ne vous fait-il pas penser aux enfants du tiers-monde qui souffrent de la faim sous le regard indifférent des populations des pays développés ? La plupart des gens ne font pas grand-chose, tout au plus certains envoient-ils quelques sous pour se donner bonne conscience.

Strophe 11
Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme fera marchandise de tout
Chaque chose aura son prix
L'arbre l'eau et l'animal
Plus rien ne sera vraiment donné et tout sera vendu
Mais l'homme alors ne sera plus que poids de chair
On troquera son corps comme un quartier de viande
On prendra son œil et son cœur
Rien ne sera sacré ni sa vie ni son âme
On se disputera sa dépouille et son sang comme une charogne à dépecer

Nous retrouvons ici tout ce qui concerne le capitalisme, l’horreur de la mondialisation, le trafic d’organes et la privatisation des ressources naturelles. Il n’y a plus ici de valeur, mais tout a un prix !

Strophe 12
Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme aura changé le visage de la terre
Il se voudra le Maître et le Souverain des forêts et des troupeaux
Il aura creusé le sol et le ciel
Et tracé son sillon dans les fleuves et les mers
Mais la terre sera nue et stérile
L'Air deviendra brûlant et l'eau sera fétide
La vie se fanera car l'homme épuisera la richesse du monde
Et l'homme sera seul comme un loup
Dans la haine de lui

Comme c’est étrange ce rapprochement avec le monde d’aujourd’hui… Cela ne vous fait-il pas penser aux énormes problèmes écologiques que rencontre notre planète : déforestation… pollution… manque d’eau…

Strophe 23
Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille
Le soleil brûlera la terre
L'Air ne sera plus le voile qui protège du feu
Il ne sera qu'un rideau troué
Et la lumière brûlante rongera les peaux et les yeux
La mer s'élèvera comme une eau qui bout
Les villes et les rivages seront ensevelis
Et des continents entiers disparaîtront
Les hommes se réfugieront sur les hauteurs
Et ils reconstruiront oubliant déjà ce qui est survenu
Celle-ci se passe de commentaires…

Il y en a trente de ce type-là, toutes plus effrayantes les unes que les autres, mais les dix qui suivent nous plongent dans une vie de rêve, de paix, d’unité, de bonheur, de partage…

Strophe 31
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
Les hommes auront enfin ouvert les yeux
Ils ne seront plus enfermés dans leurs têtes et dans leurs cités
Ils se verront et s'entendront d'un point à l'autre de la terre
Ils sauront que ce qui frappe l'un blesse l'autre
Les hommes formeront comme un grand corps unique
Dont chacun d'eux sera une part infime
Et ils constitueront ensemble le cœur
Et il y aura enfin une langue qui sera parlée par tous
Et il naîtra ainsi enfin le grand humain

Strophe 34
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme saura quel est l'esprit de toute chose
La pierre ou l'eau le corps de l'animal ou le regard de l'autre
Il aura percé les secrets que les Dieux anciens possédaient
Et il poussera porte après porte dans le labyrinthe de la vie nouvelle
Il créera avec la puissance et le jaillissement d'une source
Il enseignera le savoir à la multitude des hommes
Et les enfants connaîtront la terre et le ciel plus qu'aucun avant eux
Et le corps de l'homme sera agrandi et habile
Et son esprit aura enveloppé toutes choses et les aura possédées

Strophe 36
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme connaîtra une seconde naissance
L'Esprit saisira la foule des hommes
Qui communieront dans la fraternité
Alors s'annoncera la fin des temps barbares
Ce sera le temps d'une nouvelle vigueur de la Foi
Après les jours noirs du commencement de l'An Mille qui vient après l'An Mille
S'ouvriront des jours heureux
L'homme retrouvera le chemin des hommes
Et la terre sera ordonnée

Strophe 37
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
Des voies iront d'un bout à l'autre de la terre et du ciel à l'autre bout
Les forêts seront à nouveau denses
Et les déserts auront été irrigués
Les eaux seront redevenues pures
La terre sera comme un jardin
L'Homme veillera sur tout ce qui vit
Il purifiera ce qu'il a souillé
Il sentira toute la terre comme sa demeure
Et il sera sage pensant aux lendemains

Strophe 39
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme aura appris à donner et à partager
Les jours amers de solitude seront enfouis
Il croira à nouveau à l'Esprit
Et les barbares auront acquis droit de cité
Mais cela viendra après les guerres et les incendies
Cela surgira des décombres noircis des tours de Babel
Et il aura fallu la poigne ferrée
Pour que s'ordonne le désordre
Et que l'homme retrouve le bon chemin

Strophe 40
Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille
L'homme saura que tous les vivants sont porteurs de lumière
Et qu'ils sont créatures à respecter
Il aura construit les nouvelles cités
Dans le ciel sur la terre et sur la mer
Il aura la mémoire de ce qui fut
Et il saura lire ce qui sera
Il n'aura plus peur de sa propre mort
Car il aura dans sa vie vécu plusieurs vies
Et la Lumière il le saura ne sera jamais éteinte

Voyez-vous, Jean de Jérusalem ne parlait pas d’une date fatidique d’apocalypse, il nous fait plutôt comprendre que nous vivons l’apocalypse chaque jour qui passe et ce de plus en plus, à cause de la soif de pouvoir et de la cupidité du monde… Le monde va très mal, ce n’est un secret pour personne et le plus triste dans tout cela c’est que nous ne pouvons même pas nous raccrocher aux dix dernières strophes de ses prédictions, car l’existence de Jean de Jérusalem ne peut être prouvée à ce jour.

Penchons-nous maintenant sur le style d’écriture. Le texte est pour nous, lecteurs de l’An 2000, clair comme de l’eau de roche, alors qu’au XIème siècle personne n’écrivait de cette manière-là. L’original a dû être rédigé soit en latin, soit en grec, au mieux en ancien français, mais qui l’a interprété ? Aucune trace d’aucun historien ayant étudié ces manuscrits… Etrange, non ?

De plus il n’existe aucun Jean parmi les noms, tous connus, des fondateurs de l’ordre du Temple.

Et les manuscrits originaux, où sont-ils ? A part le professeur Galvieski, personne ne les a jamais vus.

D’ailleurs, le professeur Galvieski est, lui aussi, introuvable. On ne sait ni où il a fait ses études, ni où il a enseigné, ni quelle matière il a enseignée. Il semble que ce monsieur s’apparente à un fantôme…

Alors, prophéties ou supercherie d’un auteur de la fin du XXème siècle inspiré par la pensée New Age ?

Que recherchez-vous ?

Posez vos questions aujourd'hui !

Voyance par sms - Ca marche !

Contact voyance c'est aussi:

La voyance selon Contact voyance !

Une voyance de qualit pour vous !

Ils soutiennent Contact voyance: Horoscope du jour